•  

    Le titre d’un livre a un rôle de fanion auquel on se rallie (ou pas) sans rien savoir encore de son contenu. Dans une couv’ d’album, le jeu est déjà moins opaque : une image surligne le titre et lui offre une caisse de résonance. Si l’intérieur est décevant, nous refermons le livre en ayant l’impression d’avoir été floués par une publicité mensongère. Souvent, heureusement, la belle fenêtre n’est pas un trompe-l’œil mais une véritable ouverture sur une histoire qui nous émeut, répond à nos attentes, ou les dépasse en nous surprenant. Et puis, parfois, la surprise est totale : c’est un vrai « nouveau monde » auquel nous abordons, nous l’explorons avec délice, nous refermons le livre un peu plus grands que nous n’étions en l’ouvrant…

    « Le panier à pique-nique » de Gabriele Rebagliati et Susumu Fujimoto est un album de cette espèce-là. Je suis tombée sous le charme au premier coup d’œil. Si longtemps après, je reste éblouie. C’est d’abord une histoire d’accord parfait entre un texte et des images. Une « petite fille des prés » (on ne saura jamais d’où elle vient) observe en cachette un homme grâce auquel « son » pré se transforme de jour en jour. Le cultivateur travaille dur et ne s’arrête que pour déjeuner. Voici le panier à pique-nique : l’homme y puise des aliments qui paraissent délicieux à l’enfant. La petite n'y va pas par quatre chemins : un jour, elle chipe le panier et croque à pleines dents tout ce qu’il contient ! J’ai l’air d’en dire beaucoup mais c’est à partir de là que tout commence. Une histoire où l’on s’apprivoise, où les mots transforment l’improbable en possible, où tout sonne si juste, avec délicatesse et poésie.

    Je n’en dirai pas plus !

    Le panier à pique-nique
    Texte de Gabriele Rebagliati
    Images de Susumu Fujimoto
    Adaptation française de Christian Demilly
    Grasset-Jeunesse

    http://www.batalbum.fr
    http://www.batalbum.fr/fujimotoA.html
    https://www.grasset.fr/le-panier-pique-nique-9782246858287

     

    Le paniter à pique-nique

    Le paniter à pique-nique

    Le paniter à pique-nique


    votre commentaire

  • Un enfant regarde au loin. Environné de bulles colorées comme autant de mondes en miniature qui l'appellent dans ses rêves. Deux personnages bleus émergent de la brume ou s'y enfoncent, ténus, légers, et nous avons envie d'aller dans leur sillage vers ce que la brume révèlera en se dissipant.

    Joanna Concejo dans la Lou-Galerie

    Joanna Concejo dans la Lou-Galerie

    Joanna Concejo se tient entre Jan, l'homme "qui travaillait beaucoup et trop vite", dont l'âme est restée à la traîne (*), et cette âme elle-même, enfant fidèle, qui saura le retrouver s’il veut bien l'attendre assez longtemps. Joanna tend l'oreille, ouvre les yeux, attend comme Jan assis à sa table, comme quelqu'un qui a tout son temps, puis dessine.

    Joanna Concejo dans la Lou-Galerie

    Ses images sont pleines de sentiers, d’échappées, de forêts profondes, de portes entrouvertes sur des allées secrètes. On y devine des traces de pas, on entend de lointains appels, des voix soudain proches dans la brume. Chacune est un beau mystère à déchiffrer.

    Joanna Concejo dans la Lou-Galerie

    Joanna Concejo dans la Lou-Galerie


    (*) Une âme égarée d’Olga Tokarczuk et Joanna Concejo aux Éditions Format.

    http://www.batalbum.fr/galerie_joanna_concejoA.html

    http://joannaconcejo.blogspot.com/…/une-ame-egaree-chez-for…


    votre commentaire
  • (d'après chronique du 23 juillet 2016 sur la page Facebook du Batalbum)

    C comme COULEUR avec pour invitée d'honneur une formidable coloriste : Isabelle SIMLER. Découvrez deux de ses premiers albums et le tout dernier, à lire avant de s'endormir dans la douceur des nuits d'été. Ils sont évidemment plus beaux en vrai, avec leurs couleurs éclatantes et toute la délicatesse du crayonné. Les histoires sont aussi délicieuses : une petite fille se retrouve un matin dans la peau de son chat ; un enfant rêveur remplit ses poches de jolis galets jusqu’au jour où il tombe sur un caillou magique… Purs joyaux des Éditions Courtes et Longues.

    Dans la Lou-Galerie : http://www.batalbum.fr/galerie.htm
    Isabelle Simler : http://isabellesimler.com/
    Éditions Courtes et Longues : http://www.cleditions.com/

    Isabelle Simler, des couleurs plein la tête

    Isabelle Simler, des couleurs plein la tête

    Isabelle Simler, des couleurs plein la tête


    votre commentaire
  •  (chronique du 13 septembre 2016 sur la page Facebook du Batalbum)

    C comme Charlie (Bucket) et Chocolaterie (Wonka) pour saluer un Bon (mince) Géant de la littérature jeunesse : Roald Dahl aurait eu 100 ans aujourd’hui ! Et comme il a fait très chaud et que 100 ans c’est très vieux, je vous propose un petit extrait mettant en scène les quatre inoubliables grands-parents du petit Charlie. Grand-papa Joe, conteur en chef, a «quatre-vingt-seize ans et demi, et il est très difficile d’être plus vieux que lui.» Les quatre (« fripés comme des pruneaux secs, ossus comme des squelettes ») passent la journée pelotonnés dans le seul grand lit de la petite maison. Chaque soir, ils s’illuminent de plaisir quand Charlie vient écouter leurs histoires et leur souhaiter bonne nuit… Oh cette glace au chocolat qui reste bien froide, même au soleil ! Oh ces « caramels mous qui changent de couleur toutes les dix secondes quand on les suce » !

    Je vous laisse savourer en vous souhaitant une belle nuit hantée par l’extraordinaire Chocolaterie Wonka de Mr. Roald Dahl :-)

    Folio Junior édité par Gallimard Jeunesse
    Illustrations de Quentin Blake
    Traduit de l’anglais par Elisabeth Gaspar
    Nouvelle (joyeuse) couverture et détails ici :
    http://www.gallimard-jeunesse.fr/…/Charlie-et-la-chocolater…

     

    Centenaire Roald Dahl

    Centenaire Roald Dahl

    Centenaire Roald Dahl

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    votre commentaire
  •  

    Connaissez-vous l'Armadillo ? C'est le nom anglais (venu de l’espagnol) du mystérieux Tatou qui pourrait bien être un croisement du hérisson et de la tortue, comme l’a imaginé Kipling pour sa « Best Beloved » petite Josie. À écouter ici : où la compréhension est facilitée par le texte anglais qui défile en même temps. Les sous-titres français automatiques sont une catastrophe, mieux vaut ouvrir une traduction dans un autre onglet. Par exemple : http://kiplinginfrench.free.fr/HCC07.html. Pauvre jaguar moucheté, victime naïve des deux bestioles dont il comptait faire son souper nocturne et qui l’embrouillent et le bernent en beauté. Le comédien anglais prête une voix d’ado en train de muer au « Painted Jaguar » pas encore affranchi de la robe à pois de Madame Jaguar mère, sa « gracious Mummy ».

    L’une des plus célèbres et des plus spirituelles « Histoires comme ça » est celle du sympathique petit éléphant, insatiablement curieux, qui dotera son espèce de sa fameuse trompe. Farnham Town Crier raconte ici The Elephant’s Child, avec en fond l’épisode majeur de l’histoire illustré par Kipling lui-même : https://www.youtube.com/watch?v=0P0gXXLVmzg. Vous pouvez suivre le texte anglais en parallèle : http://www.vialupo.com/kipling/ et, fin du fin, ouvrir dans un autre onglet sa traduction sur le même site.

    Il y a tellement de fantaisie, d’inventions verbales, de jeux sur les rythmes et les sonorités dans les « Just so stories » que les traducteurs doivent s’arracher les cheveux (tout en se régalant). Leur première traduction en France, par Robert d’Humières et Louis Fabulet, reste infiniment savoureuse. À l’exception du « Chameau et sa bosse », due à Pierre Gripari , c’est celle adoptée par Francis Lacassin pour les Œuvres complètes dans la collection Bouquins, celle du volume illustré par Kelek (Hatier, 1988) et celle des éditions Gallimard illustrées avec jubilation par Etienne Delessert. Sur Gallica, avec tous les dessins de Kipling en prime : http://gallica.bnf.fr/…/f50.image.r=kipling%20histoires%20c…
    Et comme je veux vraiment vous éviter toute fatigue inutile : L’Enfant d’Éléphant est page 45, Le Commencement des Tatous, page 79.

    May Angeli (à voir au travail ici) les a illustrées par de magnifiques bois gravés aux Éditions du Sorbier.

    Tout un programme pour les longues après-midis ou soirées d'été cool

    "Histoires comme ça" de Kipling

    "Histoires comme ça" de Kipling

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique