• "Histoires comme ça" de Kipling

     

    Connaissez-vous l'Armadillo ? C'est le nom anglais (venu de l’espagnol) du mystérieux Tatou qui pourrait bien être un croisement du hérisson et de la tortue, comme l’a imaginé Kipling pour sa « Best Beloved » petite Josie. À écouter ici : où la compréhension est facilitée par le texte anglais qui défile en même temps. Les sous-titres français automatiques sont une catastrophe, mieux vaut ouvrir une traduction dans un autre onglet. Par exemple : http://kiplinginfrench.free.fr/HCC07.html. Pauvre jaguar moucheté, victime naïve des deux bestioles dont il comptait faire son souper nocturne et qui l’embrouillent et le bernent en beauté. Le comédien anglais prête une voix d’ado en train de muer au « Painted Jaguar » pas encore affranchi de la robe à pois de Madame Jaguar mère, sa « gracious Mummy ».

    L’une des plus célèbres et des plus spirituelles « Histoires comme ça » est celle du sympathique petit éléphant, insatiablement curieux, qui dotera son espèce de sa fameuse trompe. Farnham Town Crier raconte ici The Elephant’s Child, avec en fond l’épisode majeur de l’histoire illustré par Kipling lui-même : https://www.youtube.com/watch?v=0P0gXXLVmzg. Vous pouvez suivre le texte anglais en parallèle : http://www.vialupo.com/kipling/ et, fin du fin, ouvrir dans un autre onglet sa traduction sur le même site.

    Il y a tellement de fantaisie, d’inventions verbales, de jeux sur les rythmes et les sonorités dans les « Just so stories » que les traducteurs doivent s’arracher les cheveux (tout en se régalant). Leur première traduction en France, par Robert d’Humières et Louis Fabulet, reste infiniment savoureuse. À l’exception du « Chameau et sa bosse », due à Pierre Gripari , c’est celle adoptée par Francis Lacassin pour les Œuvres complètes dans la collection Bouquins, celle du volume illustré par Kelek (Hatier, 1988) et celle des éditions Gallimard illustrées avec jubilation par Etienne Delessert. Sur Gallica, avec tous les dessins de Kipling en prime : http://gallica.bnf.fr/…/f50.image.r=kipling%20histoires%20c…
    Et comme je veux vraiment vous éviter toute fatigue inutile : L’Enfant d’Éléphant est page 45, Le Commencement des Tatous, page 79.

    May Angeli (à voir au travail ici) les a illustrées par de magnifiques bois gravés aux Éditions du Sorbier.

    Tout un programme pour les longues après-midis ou soirées d'été cool

    "Histoires comme ça" de Kipling

    "Histoires comme ça" de Kipling

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :